Belarus Daily | 21 fév

Comment s’est déroulée la Journée de la langue maternelle au Bélarus ; Tikhanovskaïa a qualifié les sanctions de l’UE d’insuffisantes ; Pavel Latouchka a commenté le 4e paquet de sanctions qui est déjà prêt à être examiné

21 février 2021 | BYHelp-Mediagroup
Source : Media-Polesye.by

Journée de la langue maternelle au Bélarus

Le pays a célébré la Journée internationale de la langue maternelle. Svetlana Tikhanovskaïa a organisé sur sa chaîne YouTube une dictée en ligne en langue bélarussienne basée sur un extrait de l’œuvre « Ziamlia pad belymi krylami » (La Terre sous des ailes blanches) de l’écrivain culte bélarussien Uladzimir Karatkevitch.

De plus, la Journée de la langue maternelle est devenue un motif supplémentaire pour la tenue d’actions de solidarité tant au Belarus qu’à l’étranger. Les Bélarussiens ont enregistré des vidéos dans leur langue maternelle, organisé des flashmobs « votre mot préféré en bélarussien » sur les réseaux sociaux, des réunions et des streams thématiques.

Source : t.me/belarusseichas
Des Bélarussiens de l’État allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie ont organisé une action de soutien aux prisonniers politiques bélarussiens.
Source : TUT.BY

Le 4e paquet de sanctions de l’Union européenne contre le régime de Loukachenko est en préparation

Un 4ème paquet de sanctions est actuellement en préparation et sera discuté lors de la prochaine réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères, rapporte le canal Telegram de Pavel Latouchka. On peut supposer que l’Union européenne élargira les listes de sanctions des juges et des fonctionnaires, ainsi que des agents des forces de l’ordre. De plus, l’Union européenne, agissant avec une certaine prudence en termes de sanctions, a adopté une approche extrêmement sérieuse pour développer une approche juridique globale. 

Il convient de souligner qu’un certain nombre de pays de l’UE ne se limitera pas uniquement aux sanctions. Un mécanisme international est déjà en cours de création pour enquêter sur les crimes commis par les services spéciaux et le Ministère de l’Intérieur contre le peuple bélarussien, en particulier. La base de preuves factuelles correspondante est déjà en train d’être activement constituée. 

Les États-Unis et la Grande-Bretagne réagissent également de façon fondamentale à la violation des libertés humaines au Bélarus par le dictateur.

Svetlana Tikhanovskaïa a accordé des interviews aux médias Le Temps et The Sunday Times

Svetlana Tikhanovskaïa s’est entretenue avec des journalistes pour le quotidien suisse Le Temps. Voici quelques citations :

« Je dois bien l’admettre, nous avons perdu la rue, nous n’avons pas de moyen de combattre la violence du régime contre les manifestants – ils ont les armes, ils ont la force, donc oui, pour le moment il semble que nous ayons perdu. »

« Notre stratégie, c’est de mieux nous organiser, de mettre le régime sous pression constante, jusqu’au moment où les gens seront à nouveau prêts à redescendre dans la rue, peut-être au printemps. »

Svetlana Tikhanovskaïa a également qualifié les sanctions imposées par l’Union européenne contre les dirigeants bélarussiens comme insuffisantes. Elle estime que les mesures prises par Bruxelles contre le Minsk officiel ne sont pas suffisantes. « Il n’y a que 90 personnes sanctionnées. C’est une moquerie et le régime de Loukachenko en rit », a déclaré Tikhanovskaïa.

Elle a ajouté que les pays occidentaux devraient « cesser de soutenir financièrement le régime de Loukachenko » et imposer de nouvelles sanctions contre les fonctionnaires du gouvernement reconnus coupables de violations des droits humains, ainsi que contre les juges prononçant des condamnations dans des affaires à caractère politique. Elle a fait cette déclaration dans une interview à The Sunday Times.

Source : TUT.BY